La carte musique, on y croit ?

Lancée il y a un an par le gouvernement pour contrer le téléchargement illégal, cette carte destinée aux 12-25 ans n’a pas rencontré le succès escompté.

Sur le papier, l’idée de la contribution gouvernementale paraît généreuse : on peut acheter pour 50 euros de musique sur une plateforme légale en n’en déboursant que la moitié, le reste étant à la charge du gouvernement.

Sauf que le succès n’est pas en rendez-vous : selon Direct Matin et Le Figaro (lire l’article la carte musique qui fait pschitt), le gouvernement avait pour objectif maximal un million d’exemplaires et pour l’instant, seules 50 000 cartes ont été vendues. C’est ce qu’on appelle un flop…

Déjà critiquée à son lancement (une offre peu lisible et contournable, le joli couac de son lancement, beaucoup de bruit pour rien…), la carte musique ne séduit pas et subit le même acharnement que la loi Hadopi. Et le lancement publicitaire en 2010 (qualifié de « débile mental, raciste » par Nicolas Dupont-Aignan) nous offre effectivement la « totale » : une vision caricaturale de la jeunesse d’aujourd’hui. 100 % Non Kiff !

Si toutefois vous voulez revoir ces grands moments publicitaires à éviter… Pour la carte musique rap : cliquez ici Pour la carte musique électro : cliquez ici Pour la carte musique Lilou : cliquez ici Pour la carte musique Guillaume : cliquez ici

En 2011, le gouvernement y croit toujours et lance une nouvelle campagne à partir du 2 novembre. La carte musique se matérialise : une version physique sera distribuée chez Carrefour, Casino et dans les Fnac (2 modèles : 10 euros et 25 euros). Et une nouvelle campagne d’envergure sera bientôt dans nos rues et sur le web.

Un film court réalisé par Thibault de Longeville nous raconte qu’ « on n’a jamais fini de découvrir la musique »… le tout sur une bonne musique.

Une campagne abribus originale accompagnera ce relancement. Il sera effectivement possible d’écouter des playlists (Oxmo Puccino, Ayo, Kitsuné etc) en attendant son bus grâce à des abribus dotés de 4 prises casques.  On aime l’initiative média… mais la vrai question est de savoir si cette carte musique est une réelle bonne idée car comme le dit le blogueur et ancien membre du Parti pirate français Paul da Silva : « on essaie de subventionner des achats à l’heure où certains ne comprennent pas pourquoi il faudrait payer pour un MP3 ». Alors, on y croit ?

Agence : Euro RSCG

Source : Fubiz

Publicités